Des africains sur ce forum ?

Oui bien sur, le souci est la toile de confiance et l’éloignement des membres référents qui risquera de bloquer les nouveaux entrants dans l’avenir… :thinking:

Mais rien ne l’interdit, il y a déjà des membres à l’international :wink:

2 « J'aime »

Au-delà du problème technique que vous allez avoir avec la toile de confiance, en terme économique ça n’a pas beaucoup de sens non plus à mois de vous limiter à une poignée de personnes.

J’ai imaginé une stratégie diplomatique de développement par ambassadeurs.

Ce n’est qu’une idée, mais j’aimerais bien ton avis, et mieux, un retour d’expérience.

1 « J'aime »

@denislaplume pourquoi ça n’a pas beaucoup de sens en terme économique à moins de se limiter à une poignée de personnes ?

@scanlegentil j’ai lu avec attention tes propositions d’ambassadeurs, je pense que ça peut être des bonnes solutions.

Après je pense qu’on peut créer des toiles de confiances pour la Ğ1 qui se développe sur d’autres continents à partir de personnes qui vivent en France et sont certifiés. Je pense notamment à la diaspora. La diaspora africaine est très nombreuses en France, et j’ai beaucoup d’amis qui ont de la famille en France mais qui revient régulièrement au pays. Donc ces « émissaires » seront à mes yeux des utilisateurs de la monnaie qui ont un pied entre deux zones géographiques.

Pour cela, ça commence avant tout par de la diffusion de ce qu’est la monnaie libre en Afrique et en France à travers des réunions et des Geoéconomicus. Par la suite la communauté des personnes qui souhaitent s’investir s’agglomérera naturellement sur les deux continents.

D’autres organisations ont réussis cela, je pense notamment à MakeSense qui sont très actifs en Afrique de l’Ouest.
Il y a de nombreux évènements organisés sur Abidjan ou à Dakar où on peut venir librement présenter des solutions/ idées lors de rencontre dans des bars ou d’autres lieux, ce qui peut être l’occasion de présenter la monnaie libre ici.

5 « J'aime »

Les économies africaine et française sont très différentes. On se retrouverait avec le même genre de problèmes que l’euro pose entre les pays du nord de l’Europe avec une économie fortement industrielle et tertiaire et les pays du sud plus axés sur l’agriculture et l’artisanat. Ça peut paraître caricatural, mais dans les faits ça génère beaucoup de problèmes (Cf. mon livre sur la monnaie).

Mais peut-être qu’avant ça se posera le problème de l’impossibilité de faire grossir la toile africaine à cause de la règle de distance. À lire impérativement pour comprendre : https://duniter.org/fr/la-toile-de-confiance-en-détail/ Il faudrait que les « ambassadeurs » soient connectés avec des membres de toute la France pour assurer aux nouveaux d’atteindre 80% des membres référents en peu de pas.

Accessoirement, je ne suis pas sûr que certains Africains voient d’un très bon œil de rejoindre une monnaie créée et gérée techniquement par des Français, ce qui risque de générer de la suspicion a priori. On peut les comprendre… la musique change totalement si cette monnaie est initiée et administrée par des Africains qui se sont approprié le logiciel open source Duniter et gèrent leur propre monnaie sur place en toute autonomie. Mais tout cela reste évidemment une question de liberté.

Bien sûr, entre-temps rien n’interdit à certains de rejoindre la toile de confiance existante pour voir comment ça fonctionne voire même commencer à l’utiliser. Mais cela nécessite d’être conscient des limites d’une telle expérience.

Pour la petite histoire, la notion de « stabilité » qui est l’argument marketing du FCFA est totalement rendue caduque par la monnaie libre puisqu’on ne peut pas en créer à volonté de toute façon ce qui évite les spirales inflationnistes comme on peut le voir au Zimbabwe.

3 « J'aime »

5 messages ont été scindés en un nouveautopic: Des économies différentes sous la même monnaie libre posent problèmes

À noter que le calcul du Dividende Universel en Ğ1 est basé sur l’espérance de vie de la population de la zone économique concernée. Si on peut supposer qu’ elle est équivalente pour la diaspora, c’est pas la même sur le continent africain.

2 « J'aime »

Voilà, exactement, c’est un excellent vecteur. Il faut que je refasse mon message pour intégrer ce vocabulaire plus générique plutôt que la relation coloniale dom tom / métropole.

1 « J'aime »

Carrément d’accord avec toi. Et même côté français, nombreux sont déjà mal à l’aise avec le franc CFA adossé sur Francfort, alors si la Monnaie Libre utilisée en Afrique n’est pas maintenue par des membres africains, on passe de l’universalisme mal intentionné à la domination infrastructurelle sans passer par le relativisme culturel. (oui c’est un troll).

2 « J'aime »

Ce qui peut être vécu à tous les niveaux - un espagnole peut avoir du mal à ce que la monnaie soit gérée par des français… ou un normand par des héraultais.

La Ğ1 par sa structure serait donc une monnaie uniquement française et nationale…?

Comment une monnaie basée sur l’idée d’un « Revenu Universel »… peut ne pas être « Universelle » ?

3 « J'aime »

La June s’appuie sur une toile de confiance dont les paramètres de sécurité empêchent qu’elle englobe la population mondiale.

Si des personnes habitant la région parisienne adhèrent à l’idée de monnaie libre et sont chauvines au point de refuser que les devs habitent en province, rien ne leur interdit de créer leur propre monnaie libre.

Ceci est valable pour toute personne, et également pour celles dont l’éloignement géographique rend peu vraisemblable une intégration durable dans la toile de confiance.

La June est la première implémentation de monnaie libre, et a des paramètres qui empêchent un usage universel (corrigez moi si je me trompe).

La TRM démontre la possibilité d’une monnaie libre, et ceci est universel. Mais la TRM, la June et le logiciel libre Duniter sont trois choses différentes, quoique liées.

1 « J'aime »

J’en touche un mot dans mon roman « Le Président Providentiel ». On peut très bien imaginer une situation où le DU lui-même est géré par la toile de confiance, mais où de multiples monnaies existent pour prendre en compte les différences propres à chaque espace économique, qui ne sont d’ailleurs pas forcément « géographiques ». Chaque utilisateur du système pourrait alors choisir dans quelles monnaies et dans quelle proportions il veut générer son DU en fonction de son appréciation propre de chacune de ces monnaies.

Si une personne ne touche pas le même DU qu’une autre, alors la symétrie spatiale n’est pas respectée, et ça n’est donc pas une monnaie libre, non ?

Je crois que d’autres sujets sur le forum ont soulevé ce problème de plusieurs monnaies libres qui se chevauchent, reste à voir si il y a eu des conclusions :slight_smile:

1 « J'aime »

Mmh, remarque intéressante :slight_smile:

Après perso, l’espérance de vie entre les sexes, et suivant d’autres critères génétiques, sociaux… est bien différente, et peut-être à mon désavantage, c’est pas pour ça que je souhaite une autre monnaie libre :stuck_out_tongue:

Même chose pour des gens sur un autre continent : ça sera à chacun de voir quelles monnaies libres il souhaite utiliser, et souhaite devenir membre ^^

Je parle de la toile de confiance, pas de quoi que ce soit d’autre. Mais merci de ton intérêt. :smiley:

1 « J'aime »

Qu’importe le nombre d’unités composant un DU pourvu qu’il soit symétrique dans son espace.
Le nombre d’unités de compte de deux DU de deux monnaies libres différentes ne rompt pas la symétrie de leur espace monétaire respectif.
L’évolution autonome de l’une et de l’autre n’auront d’influence que sur le taux de change, mais est-ce qu’un taux différent influence vraiment la valeur relative du bien ou du service ?

La photo de l’objet n’est pas l’objet, tout comme la taille de la photo ne change pas la taille de l’objet.

2 « J'aime »

Si on regarde d’un autre point de vue, est-ce que la symétrie spatiale n’est pas brisée si un humain génère n DUs ? (dans n monnaies différentes)

1 « J'aime »

D’après Galuel non. Mais je n’ai pas l’explication précise, peut-être se trouve-t-elle dans le module Poincarré…

1 « J'aime »

Je suis un peu désolé que tu répondes à mon gloubiboulga. Si je précisais que c’était un troll, c’est que ça servait juste à laisser penser, surtout pas à répondre.

Tu l’as fait. Soit.

Pour la gestion, oui. C’est pour cela que des personnes des territoires , en tous cas français, participent au développement logiciel, et aussi à la forge des blocs.

Non, mais plutôt d’une zone économique concernée. Toutefois il n’y a aucune contrainte formelle. Ce sera les liens de la toile de confiance qui l’y limitera.

Parce qu’on manipule des concepts philosophiques sous-jacents qui ont été parfois corrompus. Mais ce n’est pas la question. La G1 est une mise en application d’une théorie. Elle est appliquée dans un contexte réel avec ses contraintes. C’est ça le principe de réalité, se confronter à des contraintes, et faire à des concessions à la théorie.

Pour appliquer la théorie à la réalité africaine, plus exactement à des zones économiques homogènes, il faut s’y adapter. Si l’espérance de vie est plus faible sur ces zones, le DU ne doit pas y être le même.

Des membres de zones dont l’espérance de vie n’est pas la même seraient inégaux face à l’opportunité de créer la même proportion de masse monétaire à leur demi-vie. Ce n’est que mon interprétation. Pour la zone CFA, suivant le pays, on est entre 11% et 13% de croissance théorique annuelle de la masse monétaire. Pas 10% comme en France.

http://trm.creationmonetaire.info/appendice-2.html

https://fr.actualitix.com/pays/afri/afrique-esperance-de-vie.php

Mais j’insiste bien. Tous les membres certifiés sont proches les uns des autres aussi en terme de condition sanitaire et sociale, avec quelques variances individuelles évidemment.

On pourrait adapter le paramètre « espérance de vie » du calcul du DU en fonction de la population concernée en fonction de la population qui s’approprie une instance applicative de la monnaie libre.

OU

Créer une mise en application de la Monnaie Libre par population d’espérance de vie différente.

Dans les deux cas, je ne pense pas que ce doit être ceux qui sont privilégiés par le calcul qui doivent le gérer par ceux qui le sont moins.

Un point de vue très utopiste et libéral pourrait laisser croire que la diffusion entre ces zones permettrait une mise en équilibre. Pourquoi pas… Tentons l’expérience. Mais bon, personnellement, je ne suis pas un convaincue de la théorie utopiste libérale.

2 « J'aime »