Difficulté d'entrée dans la TdC

Je remarque que depuis plusieurs mois, dans la région où je suis (Drôme/Ardèche), il est difficile pour pas mal de nouveaux entrants d’avoir des qualités de dossiers valides. En effet, les membres avec des qualités supérieurs à 1 sont relativement rares.

Après avoir creusé le fonctionnement de la Toile de Confiance via notamment le site Duniter.org, pour essayer de comprendre les raisons de ce phénomène, voilà ce que je fais comme hypothèse : (et j’en appelle ici à la communauté pour valider ou non ce qui va suivre)

1 > les membres locaux certifient les nouveaux membres, mais la certification en retour n’a que très rarement lieu (en raison de consignes de nombreux responsables de groupes locaux qui disent que cela n’est pas intéressant ni utile).

2 > Du coup il y a beaucoup de certifications vers l’extérieure de la toile (vers les nouveaux membres) et très peu de certifications vers l’intérieur.

3 > La toile a ainsi tendance à s’étirer et il devient de plus en plus difficile d’atteindre 80% des membres référents en 5 pas car le lien est unidirectionnel.

4 > Du coup les qualités de membres diminuent, les membres avec des qualités supérieurs à 1 se font plus rares et il est donc de plus en plus difficile pour les nouveaux entrant d’avoir un dossier valide.

Pour pallier à cette situation problématique de difficulté d’accès à la certification (et pour répondre à une importante demande de nouveaux membres) certains groupes locaux s’organisent pour structurer des équipes de 5 certificateurs avec 1 membre de qualité supérieur à 1. Cette organisation est certes très efficace, et part d’un bon sentiment, mais elle pose selon moi plusieurs problèmes majeurs :

1/ elle nécessite une certaine centralisation (des référents organisent ces équipes de certifications), or un des principes de base de la monnaie libre est d’être décentralisée. Il est vrai qu’un système centralisé est souvent plus efficace à court terme, mais d’une part nous ne sommes plus là dans les valeurs du libre, et d’autre part il me semble que la G1 est une « expérience » à long terme qui a pour objectif la solidité, le sens et la résilience plutôt que la rapidité qui est souvent synonyme de fragilité.

2/ je constate plusieurs cas de membres qui, avec cette organisation, ne connaissent pas leurs certificateurs ou des cas de certificateurs qui ne connaissent pas les personnes qu’ils certifient. Cela pose à mon avis 2 soucis :

  • Le premier est sécuritaire : la confiance doit passer par un tiers qui organise ces équipes de certificateurs. Cette concentration de pouvoir, même minime, est problématique et en désaccords avec un fonctionnement qui se veut décentralisé.

  • Le deuxième est la perte de sens de la TdC. Le souci majeur que je vois ici est la perte de liens réel du réseau d’humain à humain que représente la TdC. Ce lien tissé entre les individus est à mon avis une des plus grandes richesses de la G1 et garant d’une grande résilience. Si tout venait à s’effondrer (effondrement des réseaux de com, effondrement économique, et même effondrement de la Blockchain) ce réseau d’humain à humain y survivrait et pourrait être un immense atout. Il faut donc à mon avis en prendre particulièrement soins.

Alors certes, une organisation centralisée va plus vite et est plus efficace à court terme, mais est souvent beaucoup plus fragile à plus long terme.

Voilà ce que je proposerais plutôt pour résoudre ce problème de difficulté d’entrée des nouveaux :

Prendre soins de la toile existante en la resserrant. Arrêter de dire aux nouveaux que cela ne sert à rien de faire des certifications en retour et au contraire prendre du temps pour certifier ou re-certifier les membres que l’on connaît déjà et en qui l’on a confiance (une toile trop dilatée freine l’entrée des nouveaux, alors qu’une toile dense la facilite).

Ensuite, si certains veulent tout de même mettre en place une organisation pour optimiser les certifications, il faudrait faire en sorte que cette équipe de « parrainage » rencontre/tisse un lien REEL avec le membre à certifier AVANT de faire la certification. Qu’ils se rencontrent pour partager un moment ensemble lors d’un événement ML ou partager un verre ou un repas par exemple… la mise en réseau serait certes un peu « artificielle », mais le résultat final serait en accords avec la charte de la G1 et aurait du sens.

A l’issue de cette réflexion, je me pose différentes questions :

  • Est ce que mon raisonnement est valide ? Dans le cas contraire, où es ce que je me trompe ?

  • Es ce que cela se passe dans d’autres régions ? Ou es ce que c’est seulement local ?

  • Es ce qu’il existe quelque part un indice de tension général de la Tdc ?

D’avance merci de vos remarques et réactions bienveillantes, il me semble qu’ici chacun essaye de faire au mieux pour faire avancer cette belle dynamique. Ce post n’a pas pour but de créer des conflits ou des divergences mais plutôt de réfléchir ensemble comment nous pourrions avancer au mieux vers ce nouveau paradigme monétaire.

8 « J'aime »

Bonjour, oui c’est un constat pertinent.

Il existe tout de même d’autres types de fonctionnements en Drôme-Ardèche ! Sans « responsables », sans consignes. Des groupements d’humains responsables collectivement tout simplement, essayant de comprendre, appliquer et expérimenter la TRM.

On peut dire que la Ğ1 permet des expérimentations différentes. Dès lors qu’il n’y a pas de tentative d’imposer un point de vue par la force, la pratique ou la communication… tout le monde devrait pouvoir profiter des expérimentations des uns et des autres : observer, tirer des conclusions, expérimenter de nouveau… Je n’ai pas l’historique pour expliquer la situation actuelle.

Je pense aussi que nous aurions un intérêt collectif à être le plus nombreux possible à 80% ce qui éviterait une interprétation individuelle et presque hiérarchique du principe de « qualité ».

3 « J'aime »

Des responsables locaux, cela n’existe pas ! Chacun est responsable de lui même.
Et ceux qui disent cela, disent des bêtises, il est toujours intéressant et utile de certifier les personnes qu’on connait.

Çà, c’est un non-respect de la licence.

4 « J'aime »

Hello Mat

Je crois que le problème est pris a l’envers. Les « nouveaux » souvent arrivent, et veulent se faire certifier de suite. Hors, la certification n’est pas un DU Gratuit. On est aussi son propre banquier :

  • On se doit de connaitre le fonctionnement de la toile de confiance. On a des devoirs, qui sont entre autre la connaissance technique (règle de distance, pourquoi, comment, etc…),
  • la connaissance du réseau (nœuds, cesium+, etc…),
  • les règles a appliquer (passer les nouveaux par un simple portefeuille, puis des PROMESSES de certifications, vérification de la qualité avant d’envoyer des certifs, etc…)
  • les choses à ne pas faire (Certifier sans appliquer strictement la licence…),
  • la sécurité (fichier de révocation, identifiant et mot de passe complexes et uniques, les garder en lieu sur, etc…)

En étant membre, on n’est pas seulement co-créateurs de la monnaie. On en est aussi co-responsable. C’est pas rien, et trop souvent pris à la légère.

D’expérience, quand une personne a compris TOUT ce que cela implique, et a compris l’ensemble des pré-requis, Elle a un réseau suffisant de personnes qui seront prête à la certifier, et elle aura une qualité de dossier largement supérieur a 1. Tout se fera tout seul.

Si c’est compliqué, c’est juste que la personne n’est pas prête à devenir membre, et qu’elle veut aller trop vite.

12 « J'aime »

C’est sûr, ne pas connaître ses certifiés est un non respect de la licence. Je trouve que les certifications croisées sont difficiles à faire comprendre, même à des amis. Je n’arrive pas à comprendre sur le logiciel
https://monit.g1.nordstrom.duniter.org/willMembers?lg=fr dans la colonne de gauche comment est obtenu ce %. C’est possible de le calculer soi même ? Sachant que si quelqu’un à 1 la certification passera à 5 personnes.

Des réponses à vos questions ici : Qu'est-ce que la qualité de membre et de dossier..

Il existe un outil vous permettant de faire ce calcul pour un futur membre avant de commencer les certifications. Calculateur de distance et de qualité
Si le résultat n’est pas bon (visez 83% pour être plus sûr) chercher d’autres certificatrices avant de certifier.

2 « J'aime »

Merci Maaltir
Je voulais savoir le calculer :frowning_face:
Bon ça doit etre compliquer
Merci

Cela te prendra quelques jours pour faire ce calcul à la main.
Il faut recenser tous les membres référents, et toutes les certifications et chercher les chemins les plus vers la personne concernée, et compter combien de ces chemins font moins de 5 pas. Une fois que tu aura fini le calcul, il y aura eu de nouvelles certifications donc tu pourra recommencer.

Fait plutôt confiance au calculateur.

3 « J'aime »

Salut,

Tu dresses beaucoup de constats justes et intéressants auxquels je répondrais simplement par la chose suivante, sachant que je suis moi aussi une des seules personnes à pouvoir faire passer les certifications sur Grenoble.

J’aime bien l’idée de « laisser le réseau faire », c’est-à-dire que les certifications suivent leurs cours jusqu’à ce que ça bloque et c’est là pour moi l’occasion de faire de la pédagogie, à savoir intéresser les gens à cette problématique et faire émerger chez certaines personnes des comportements proactifs qui permettront à ce moment là de diversifier les membres avec une bonne qualité de dossier.

Je comprends « l’urgence » de développer le réseau mais comme tu le dis cela peut nuire à sa sécurité et de la même manière je comprends la volonté de s’organiser en collectifs de certificateurs mais attention aux dérives que tu as très justement citées et qu’il ne faut pas hésiter à faire remonter !

Au final, laisser les choses se faire n’est peut-être pas plus mal et il faudra à un moment ou à un autre que certains jouent un rôle plus important dans la monnaie libre s’ils veulent vraiment développer le concept

5 « J'aime »

Ce sujet a été automatiquement fermé après 90 jours. Aucune réponse n’est permise dorénavant.