La june, c'est un échange

Pour obtenir des Junes, on propose des services, des savoir-faire, des objets…Et on peut ensuite acquérir à son tour ce dont on a besoin, quand c’est proposé.
Chacun d’entre nous a des talents ou du temps à donner, même pour des choses très simples, à défaut de biens.
Je constate que certains font la course au D.U. en tentant de devenir membres le plus rapidement possible …et une fois membres, se comportent comme des rentiers, ne proposant plus rien.
Cela me choque: à quoi sert de distribuer un D.U. si tous ne jouent pas le jeu?
Dans les profils, certaines personnes ne font rien qu’amasser les dividendes universels, un peu comme des rentiers : seraient-il devenus les fainéants du système?
On a besoin de tous…Si l’on se contente tous d’acquérir objets, services etc en Junes…sans jamais rien proposer, il n’y aura bientôt plus rien sur le marché…or la june est un moyen d’échange, pas un but en lui-même.
Pensons au colibri qui apporte sa goutte d’eau. Le D.U. ne doit pas devenir un dû.

6 « J'aime »

Le DU de ğ1 n’est pas un echange mais une monnaie d’échange.
Pour que l’échange monétisé ait lieu, quelque soit la monnaie choisie (la ğ1 ou une monnaie non libre), il est nécessaire qu’elle soit créée préalablement à l’échange.
Le DU est un " but en soi" dans le sens qu’il permet d’échanger avec une « bonne » monnaie, une unité de mesure économique « pertinente », « élégante » comme dirait Galilee.
Par delà le DU n’est pas different des autres monnaies mis à part son type de création.

Depuis le 8 mars 2017 tous les cas de figure de comportement économique existent : certains personnes du bloc 0 et nouveaux entrants ont choisi d’ abandonner, d’autres au contraire ont choisi de participer activement depuis plus de 10 ans ou depuis moins longtemps au changement de paradigme économique et monétaire tels des colibris qui font leur part.
Concernant les échanges, pour les stimuler je ne connais pas plus efficace que de montrer l’exemple en organisant des Ğmarché conférences soi même afin d’aider à ce que d’autres s’y mettent et en organisent à leur tours.
C’est au fur et à mesure des Ğmarchés et conférences que les individus réalisent qu’ils sont potentiellement producteurs de valeur et pas seulement consommateurs.

Plusieurs autres solutions sont envisageables pour booster l’économie libre:
Inciter chacun à synthétiser ce qu’il propose ou cherche des autres membres de la G1 et segzolocaliserafin afin que la carte soit opérationnelle
Présenter la G1 comme un réseau de voisin résilients
Faire tourner des feuilles avec des thématiques et inciter chacun à indiquer ses abondances dans chaque thème afin de faire apparaître la production de valeur possible des participants
Faire rêver les gens en leur demandant comment serait leur vie si la G1 remplaçait l’euro par un coup de baguette magique
Faire des dons en G1 pour les coups de mains reçus
Utiliser les fidelijune

Il existe une asso nommée "route-des-sels"qui permet à des selistes voyageurs de passer 1 ou quelques nuits chez un autre membre moyennant une somme ridiculement faible (équivalent de 1 h de travail au smic dans la monnaie des S.E.L. pour ceux qui connaissent) Le petit déjeuner est offert par l’hébergeant, le diner partagé.
L’asso battait un peu de l’aile, beaucoup de demandes et des hébergeants en nombre insuffisant. Une nouvelle disposition indique que désormais, pour être hébergé, il faut proposer aussi un hébergement, ne serait-ce qu’un matelas par terre ou un coin de jardin pour planter une tente. Légitime . La part du colibri, encore.

Et je complète en précisant que selon moi, pour recevoir un DU, la condition pourrait être une participation plus active aux Gmarchés réels ou virtuels, pas seulemnt en acquérant, des choses mais en faisant des propositions.

Pas d’accord, DU veut dire Dividende Universel, donc sans autre condition que d’être un être humain vivant.
Donc si je suis ce que tu dis, il ne faudrait pas que les enfants le créent, les personnes portant de handicap ou encore les personnes âgées?

2 « J'aime »

Tu choisis des cas extrêmes. Si chacun se contentait de toucher un DU sans rien proposer, nous n’aurions plus qu’à manger nos DU à la fin du mois, ce qui nous ferait une belle jambe! Ce n’est pas le but.

Ceci est un cas extrême … …

Je n’exclus personne, ce ne sont pas des cas extrême.
Quel est le pourcentage de la population représenté par ces trois cas que j’ai cité?

Je vois beaucoup de monde en recherche de ce qu’il pourraient apporter à la June, même si on a tous quelque chose, certains mettent plus de temps que d’autre pour trouver quoi.
Ça a aussi été mon cas au début (1 an et demi), avant de proposer quelque chose à vendre.
Certes en attendant j’ai pris le rôle de vulgarisateur, informateur…
Mais ça ne m’a pas rapporté une seule June en dehors de mon DU.
Pour moi je vois aussi le DU comme le paiement du temps non finançable comme par ex :

  • Le temps que passe un écrivain à penser, se renseigner, écrire…
  • Le temps à un acteur à apprendre ses répliques, répéter…
  • Le temps d’entraînement d’un sportif
  • Le temps bénévole passé auprès des autres… etc
    En plus des deux exemples souvent cité par @Galuel (Léonard de Vinci et Edmond Albius).
2 « J'aime »

Les fillettes adorent jouer « à la marchande », mes petits-enfants m’ont autorisée à proposer sur gChange les jeux qu’ils n’utilisent plus… il est donc théoriquement possible pour un enfant d’échanger si tant est que ses parents l’y autorisent.
Etant une « vieille » - et une bénévole - je te confirme que cela n’empêche absolument pas les échanges. Savoir-faire acquis sa vie durant, objets devenus inutiles et même des services.

Oui aujourd’hui nous jouons tous plus ou moins au « marchant », mais dans le futur quand la June sera plus développé, qu’elle représentera plus de % de notre pouvoir d’achat, demandera-t-on aux enfants de gagner leurs pain, aux vieux idem… etc
Non pour moi c’est pas le but de devenir esclave et de courir après la monnaie toute sa vie, comme actuellement, voir pire.

Comme je te l’ai dit, j’ai moi-même mis du temps pour trouver quoi proposer, ce que j’ai, en principe ça va jusqu’au bout de sa vie, donc pas de vide grenier, j’ai été employé toute ma carrière (qui n’est pas fini), donc je n’ai pas pour habitude d’entreprendre un projet, il a fallu que je le cherche, que je le mûrisse, et le mette en place.
Heureusement la période que l’on vient de vivre m’a permis d’avoir du temps pour le faire, je m’en rend compte aujourd’hui, en reprenant une activité salarié, que sans ça, le temps de réalisation aurait été beaucoup plus long.

La Ğ1 prendra vraiment son essor le jour où les salariés demanderont à recevoir leur salaire en DUğ1.
Cela commencera par une partie du salaire, les primes par exemple…

Je ne suis pas d’accord non plus sur ton exemple de l’hébergement :slight_smile:

J’ai beaucoup participé à Couchsurfing, qui ne demande aucune condition à personne.

Et bien: ça fonctionnait (à l’époque où j’étais impliqué beaucoup) super super bien.
Sans contreparties, oui.

L’avantage, c’est l’auto-responsabilisation des gens, la solidarité, la flexibilité…
Le minimum sur Couchsurfing, c’est « boire un café ». C’est une manière de dire qu’il y a une implication minimale et que n’importe qui peut quand même nous contacter pour une visite de la ville, ou autre (et libre à nous de refuser).

Je pense il faut une stratégie pour développer la june. Certains groupes locaux en ont une, et il y en a des différentes… c’est bien.