La monnaie est-elle un étalon de valeur?

On le lis souvent « La monnaie est un étalon de valeur… comme le mètre est un étalon de longueur, le kg un étalon de masse. » : Alors… oui mais non.
Si l’on veut être précis, il y a

  • le type de grandeur à mesurer,
  • l’étalon de cette grandeur,
  • et l’unité qui permet de quantifier cette grandeur physique.
    Ce sont 3 choses différentes.
    Je prends l’exemple du mètre,
  • grandeur physique : longueur, ou distance (pour les puristes, je reste dans les hypothèses de la mécanique classique évidemment),
  • étalon : pendant longtemps les scientifiques ont utilisé comme étalon de longueur le « mètre étalon », une barre d’un alliage métallique très stable (important, il est très peu sensible aux variations de son environnement, humidité et T° en particulier, et il est conservé dans des conditions favorisant cette stabilité) qui est encore visible paraît-il au « Pavillon de Breteuil » à Sèvres (je ne suis jamais allé le voir). Cet étalon de longueur est un objet physique qui a effectivement une vraie longueur bien définie. (le mètre étalon a été redéfini depuis, ainsi que le kg étalon, mais peu importe, le principe est le même, on se base sur une grandeur physique observable)
  • unité : on définit par convention que la longueur de l’objet choisi comme étalon vaut 1 mètre, et on décline les multiples ou sous-multiples à partir de là.
    L’usage qui en est fait, est de comparer la longeur d’autres objets par rapport à l’objet étalon pour en déduire leurs longueurs. Et si un objet est 2 fois plus long que l’étalon, c’est visible, mesurable, et indiscutable, c’est ainsi pour tous les observateurs, sa mesure est de 2 mètres. Le principe de base de l’étalon est d’être un élément physique, observable, stable, immuable, en général un objet auquel d’autres objets peuvent être directement comparés.

Le cas de la monnaie est quelque peu différent. Car si l’on aimerait qu’une monnaie permette de mesurer des valeurs, ou comparer la valeur d’un objet à celle de la monnaie, il se trouve qu’elle n’en a pas elle-même, de valeur. Ce n’est pas comme le mètre étalon qui possède intrinsèquement une « longueur ». Intrinsèquement la Ğ1, l’€ ou le Bitcoin ne possèdent pas de « valeur » absolue, réelle, indiscutable. Pourquoi ne crée-t-on pas un vrai étalon de valeur ? Parce que c’est impossible. Pourquoi on ne peut pas créer un véritable « étalon » de valeur ? Simplement parce que la « valeur » n’est pas une grandeur mesurable, objective, observable, et identique pour tous les observateurs, contrairement à une « longueur ». Les juniste le savent bien, la valeur est « relative » : elle dépend énormément de la personne qui l’observe à l’instant considéré. Mais j’ajoute qu’elle est aussi « relative » au sens où on peut seulement comparer les valeurs de deux objets, biens ou services. Comparer seulement la valeur d’un objet à celle d’une June n’a pas vraiment de sens, puisque la Ğ1 n’a pas de valeur intrinsèque. La même Ğ1 utilisée ici où là, aujourd’hui ou demain, n’a pas la même valeur. Impossible de s’y référer de manière absolue. Ce n’est pas une référence. D’ailleurs, je pourrais dire la même chose de n’importe quel autre objet, rien n’a de valeur intrinsèquement, puisque c’est la notion de valeur elle-même qui est subjective. La monnaie n’a de valeur que par ce que je peux en faire, que par les autres « choses » contre lesquelles je vais pouvoir l’échanger. Si la monnaie n’a pas de valeur intrinsèque, par contre elle prend sa valeur au moment où l’individu l’échange contre un bien auquel lui, individu, accorde une certaine valeur.
En fait, la force de la monnaie - je pourrais dire, la magie de la monnaie - est d’être un élément intermédiaire d’échange qui permet de comparer d’autres éléments entre eux, indirectement, dans l’imaginaire des utilisateurs, même si elle n’a pas de valeur intrinsèque. C’est bien au moment de l’échange que chacun, le vendeur d’un bien par exemple, décide quelle somme il souhaite obtenir en échange de son bien, en ayant implicitement en tête ce qu’il pourra obtenir d’autre en échange de cette somme. Donc d’accord avec Spiranne (Telegram: Contact @monnaielibrejune), « la Ğ1 permet de chiffrer la valeur d’un échange », oui mais dans un référentiel qui est personnel, propre à chacun des 2 individus qui participent à cet échange, et à l’instant de cet échange.
La monnaie n’est pas un étalon de valeur, elle est un intermédiaire de comparaison de valeurs de plusieurs bien, pour chaque individu qui l’utilise.

En ces temps climato-médico-économico troublés, on ne sait pas de quoi demain sera fait. Aussi, je vous donne un conseil: Changez tous vos G1, videz vos comptes et faites l’aquisition de valeurs sures, réelles, concrètes. À vous de trouver lesquelles: forêt, huile, vélo, vin… Vous aurez quelque chose que vous pourrez consommer ou revendre. Pour la monnaie libre, ne vous inquiétez pas, même si tout le monde vide son compte, tous les G1 seront encore là, sur d’autres comptes. Donc la monnaie libre ne perd rien. Par contre vous, vous aurez une valeur concrète dont vous avez besoin pour vivre.

Est valeur Tout objet économique matériel ou immatériel spatial ou temporel.
La monnaie est donc une valeur.

C’est la valeur de la monnaie oui.

Conclusion, la monnaie est une valeur qui sert d’ étalon, d’ unité de mesure des valeurs économiques, c’est à dire d’unité de compte et d’échange.

Tout à fait d’accord @Mateo si on prend ta définition de « valeur » que tu écris ci-dessus : « Est valeur Tout objet économique… ». En ce sens la monnaie est une « valeur », comme tous les biens et services qui s’échangent entre être humains. Merci de redonner cette définition de « valeur économique ».
Par contre dans mon analyse précédente, je parle d’autre chose, avec le même mot, ce qui peut prêter à confusion. Je ne parle pas de « être une valeur » mais de « avoir une valeur », et même plus, je parle de « avoir une valeur intrinsèque, quantifiable de manière absolue et universelle ». C’est un autre concept, un autre sujet de discussion, et mon argumentaire n’est donc pas contradictoire avec ce qu’affirme @Mateo.
Et par ailleurs j’utilise les termes « étalon » et « mesurer » au sens habituel de la physique. Si on utilise les termes « étalon », « mesurer » et « valeur » avec des définitions différentes, alors oui on peut dire que la monnaie est un étalon, et qu’elle sert à mesurer des valeurs économiques.
Si l’on considère la définition d’un étalon en physique, la valeur numérique (quantifiée) de sa propriété de référence (exemple la longueur pour le mètre étalon) peut être exprimée par un nombre qui est le même pour tous (le mètre étalon a une longueur de 100cm, c’est indiscutable, c’est même une définition, une convention, cela ne change pas d’une région à l’autre et la longueur du mètre étalon n’a pas changé depuis sa création). La construction même du mètre étalon (matériau, conditions de conservation, etc.) a été choisie pour garantir son invariance dans le temps et sa très faible sensibilité aux conditions extérieures. Et tout autre objet physique dont la longueur est de 1m peut être observé et mesuré à 1m pour tous les observateurs présents. C’est la fonction de l’étalon mètre.
On ne peut pas en dire autant de la valeur numérique quantifiée d’une valeur économique, même si celle-ci est une monnaie. La monnaie n’est qu’une valeur économique parmi d’autres, créée pour avoir la fonction d’être échangée avec d’autres valeurs économiques, avec une estimation et une quantification qui n’a rien d’absolu, rien de tangible, qui peut varier dans des proportions énormes d’un utilisateur à l’autre. Un objet qui est évalué à 100Ğ1 pour un observateur peut être évalué au même endroit et au même moment à 1000Ğ1 par d’autres observateurs. Ce n’est pas comparable à l’étalon mètre. Si un même objet pouvait avoir une longueur de 100cm pour un observateur et une longueur de 1000cm pour son voisin, le mètre étalon n’aurait plus aucun sens, plus aucun intérêt. On voit donc bien que c’est un autre concept dont on parle.