Les entreprises qui utilisent votre monnaie

Bonsoir
Ce serait,pour savoir si il y a des entreprises qui utilisent votre cryptomonnaie,à l’échelle mondiale(France,Europe et monde entier)?
Si oui,lesquelles?
Merci
Bonne soirée

Il y a déjà ceux inscrit dans l’annuaire de Césium+ (tous ni y sont pas)
https://g1.e-is.pro/#/app/wot/page/lg?last

1 « J'aime »

Un exemple toulousain notoire est le magasin de percussions Djoliba: DJOLIBA Percussions Lutherie Handpan - Djoliba music store Ils ont déjà accepté des paiements 100% en G1, je crois qu’ils ont baissé récemment.

1 « J'aime »

Salut à tous !
Tiens, ça me fait penser à une chose non négligeable, si je me fais payer les biens et services en tant que professionnel, comment ça se passe avec la déclaration de revenus, les charges sociales et la TVA ?

Moi aussi, je me posais justement la même question …

Ça a été discuté et expérimenté (chercher « impôts » ou « fisc » avec la loupe :mag: par exemple), et la réponse est toujours que l’institution s’en fiche. Pour l’instant il n’y a rien à craindre.

Merci pour ta réponse, c’est très motivant du coup :wink:

Il faut chercher soit même dans le forum… il y a des avis variés.

non, l’institution « de la monnaie dette » a déclaré en 2019 que la monnaie libre est un actif (dont le stock n’est pas imposable) qui en échange de monnaie (à pouvoir libératoire de crédit bancaire) nécessite d’être déclarée afin de payer au fisc 30% de la quantité de monnaie (dette) utilisée.

1 « J'aime »

Légalement peut-être, mais il semblerait que l’on ait pas dépassé la masse critique qui ferait s’intéresser l’état à nous. Ce qui compte ce n’est pas la loi, mais les faits, or tous les retours que j’ai lus sur le forum disaient qu’aux impôts ou au tribunal ils s’en foutent.

Ce n’est pas étonnant, tant qu’il n’y a pas de volonté de répression forte des monnaies alternatives ils ne vont pas s’embêter à attaquer tout ce qui leur semble trop petit pour être dangereux.

légalement il n’existe pas de notion de « masse critique » de quoi que se soit.

Les monnaies alternatives dont la monnaie libre Duniter Ğ1 fait parti, appelées cybermonnaies par l’institution « de la monnaie dette » sont fiscalement reconnues comme des actifs numériques (taxés à 30% au lieu de 20% pour les actifs non numériques).

Absolument, d’où :

Légalement il n’existe pas de délit de faciès, par exemple. Pourtant dans les faits on observe que la police agit comme si il existait. De même pour la loi de l’offense au chef de l’état, qui a été bien peu souvent été appliquée par rapport à la fréquence des offenses au chef de l’état.

On observe également (dans le monde réel, donc, pas dans la loi) que certaines associations gravement en retard dans la compta et dans la TVA sont complètement ignorées par les impôts. Elles n’ont pas dépassé la masse critique, notion qui existe chez les agents des impôts, que ce soit par économie ou par humanité.

On a montré que l’on peut être hors-la-loi sans danger ou légal mais menacé. Libre à toi de respecter la loi, mais pour l’instant cela ne semble pas nécessaire.

1 « J'aime »

non, le fisc n’agit absolument pas en terme de « masse critique » , le fisc fonctionne par délation.
Le fisc verifie alors si et seulement si il y a eu des échanges de monnaie (unités à pouvoir liberatoire de crédit bancaire) non déclarés afin de récupérer la part qui incombe à l’institution monnaie dette avec des frais de dossier en sus.
NB: je parle en connaissance de cause . :wink:

Utiliser la monnaie libre est absolument respecter la loi en matière de fiscalité à partir du moment où les echanges avec la monnaie libre peuvent être retrouvés au travers des factures nominatives.

Bonjour Mattiou :slight_smile:

faut-il comprendre que chaque échange de June devrait, pour être « légal » donner lieu à une facture avec les noms conforme à l’état civil des deux personnes échangeant ?

Quid des entreprises ? Devraient elles établir ces factures ? Comment alors les comptabiliser ?

Je crois qu’il n’est pas autorisé de faire une double comptabilité, ni d’avoir deux systèmes de facturation.

Merci pour votre point de vue.

1 « J'aime »

encore une fois, les individus sont tous des entreprises lorsque ils utilisent la monnaie libre .
Le fisc s’affaire à chercher le « black » , c’est à dire l’échange avec de la monnaie dette sans la déclarer , afin de récuprer sa part et faire payer les frais de dossier de recouvrement en sus .

NB: conserver les factures nominatives des echanges est l’inverse d’une double comptabilité.
facture nominative = moyen de contacter la personne afin que le fisc puisse l’interroger sur le montant eventuel de monnaie dette utilisé, tout simplement .

Exemple de facture « nominative »: une simple carnet avec inscrit la date, la nature de l’échange, le montant et surtout les coordonnées du client pour pouvoir être contacté.

dans le référentiel de la monnaie libre, sans doute !

Mais pour le cas d’une entreprise, en France, le risque de redressement fiscal lui impose à considérer le référentiel de l’état français, non?

L’alinéa 2° de l’article L. 8221-1, du Code du travail, interdit « La publicité, par quelque moyen que ce soit, tendant à favoriser, en toute connaissance de cause, le travail dissimulé ».

Ne pensez vous pas que cela puisse être reproché aux dites entreprises proposant leurs produits ou services en June ?

1 « J'aime »

il s’agit de ce referentiel singulièrement développé ici oui :slight_smile: .

le redressement fiscal concerne l’utilisation frauduleuse, c’est à dire non déclarée à son propriétaire, de monnaie à pouvoir libératoire de crédit bancaire.

est un échange de service sans contrat , sans facture, signé des deux partis.
D’où le conseil de se prémunir de la suspission de travail dissimulé ou d’utilisation fraudeleuse de monnaie par l’établissement de contrat et factures signés stipulant les coordonnées des individus concernés par l’échange.

des deux parties, j’imagine.

comment distinguer le travail dissimulé du travail bénévole ?

le contrat n’est pas le même. :wink:

Donc, si j’ai bien compris, pour toi, une entreprise commerciale peut vendre en June, pour peut qu’elle garde une trace de chacune de ses transactions, les coordonnées des personnes et fait la preuve qu’elle n’a pas échangé de Junes contre des Unités Non Libre Européennes (UNLE). Dans ces conditions, c’est pas imposable, c’est pas du travail dissimulé, elle est en règle.

Je reviens encore la dessus :

Voici une ressource offcicielle pour définir le travail dissimulé :

Le travail dissimulé

Constitue ce délit, la dissimulation intentionnelle :

  • d’une activité exercée à titre indépendant, dans un but lucratif et en violation des obligations commerciales, fiscales ou sociales (non immatriculation au registre du commerce et des sociétés, au répertoire des métiers, absence de déclaration auprès de l’URSSAF, de la MSA et/ou auprès de l’administration fiscale, etc. ; cette situation peut notamment résulter de la non-déclaration d’une partie de son chiffre d’affaires ou de ses revenus
3 « J'aime »